Notes de voyage : Tanger

Publié le par petit homme

Lundi 23 juillet 2012, Tanger

Le plus surprenant au Maroc et qui me dépayse est le mouvement permanent, l'immense murmure qui grandit, régresse, explose - des cris entre hommes, la colère, si souvent le rire. L'odeur forte des marchés, rance, concentrée, violente des poissons me soulèvent souvent le coeur.

La couleur dominante est le désordre, une sorte d'improvisation générale qui par elle-même trouve ses règles, ses lois, toujours mouvantes, réinventées. Le désordre engendre ses propres règles. Il faut du temps pour en comprendre, en discerner les codes. Sur des étroites routes se concentrent marchands, promeneurs, voitures, motos, vélo.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article