Des R'camuseaux, de J.P. Goux, de Wilde. De l'élection régionale

Publié le par Le petit homme

Le lundi 22 février, le soir



caniveau-G.jpg

Photo tirée du site Le pirate

*


Message reçu  : Veux-tu que je te transperce la raie ?

Mon amant Lahore ne manque pas d'imagination quoique "harponner la raie" eût été plus juste... Les rugbymen usent un peu trop  la métaphore pélagique...

Il me propose d'aller au cinéma samedi soir. Que c'est regrettable ! je vais au théâtre assister à la représentation de Ivanov de Tchekhov.


*

Harry est venu m'apporter le Journal romain de 1985 de Renaud Camus. Je suis véritablement mono-maniaque quant à mes lectures. Après plus d'une année à lire et relire les textes de Duras et à visionner ses films, ce fut ensuite Blanchot, puis Quignard et maintenant Renaud Camus. Pour Camus, j'ai décidé de lire ses journaux plus anciens car les derniers sont trop envahis d'idéologie nationaliste tournant par ailleurs à l'obsession. Mais ce n'est pas ce qui me déroute le plus,  je les trouve plus trites, plus aigris, du moins, aucun humour ne tend à contrebalancer son sentiment d'inappartenance à la société moderne. À tort je pense, car quand on aime la France c'est aussi aimer les moments où elle s'enlaidit, où elle se détourne d'elle-même, pour mieux revenir à ses fondements. Je suis un peu sévère car le journal 2005 m'avait totalement séduit, Le royaume de Sobrarbe.
La décalage est surprenant entre le silence critique de l'œuvre de Renaud Camus et les multitudes d'hypostases qui naissent ici ou là sur la toile. Il y a sans doute une réjouissance à constater que l'intelligence triomphe, bien  que longtemps tenue en silence, à petits pas assurés. Je vois ici où là, et en  suis-je sans doute, voir naître des R'camuseaux (prononcer Èrecamuseau), les enfants littéraires de R. Camus. Les R'camuseaux ne sauraient être seulement de petits écrivains influencés par le maître, mais ils seraient dans la droite ligne de la conception  de la vie R'camusienne :  vie d'esthète ou rien.



*

Les élections régionales sentent de plus en plus le cloaque. Après l'histoire Frêche et les gesticulations ridicules du parti socialiste en Lanquedoc-Roussillon, on a affaire au Quick qui ne sert que du Hallal, et maintenant le candidat socialiste Ali Soumaré que la droite villipende, notamment le maire d'une ville au nom que le premier magistrat ne peut qu'incarner : Fraconville, sous prétexte que ce Soumaré est un délinquant multirécidiviste. De quelle délinquance s'agit -il ?

(source le monde.fr)

  • En 1999, Ali Soumaré aurait écopé de six mois ferme pour vol aggravé.

  • En 2004, un autre vol avec usage de carte de paiement contrefaite lui aurait valu, en 2007, 80 heures de travail d’intérêt général.

  • En 2009, il a également été condamné à deux mois ferme pour rébellion à agents de la force publique. Lemonde.fr a pu consulter ce jugement.

  • Le communiqué citait enfin une affaire encore en cours, pour conduite sans permis en mai 2009, qui aurait valu à M. Soumaré une ordonnance pénale en date du 16 févier, et une affaire de “violences ayant entraîné une interruption de travail de huit jours”. Celle-ci aurait eu lieu en 2008 et la procédure serait toujours en cours.

Me Mignard nie totalement trois des cinq condamnations. Il reconnaît les six mois fermes de 1999, de même que les deux mois pour “rébellion” l’an dernier. Mais concernant ce dernier cas, il affirme que son client n’avait pas été informé de la date de son procès. Il vient de faire appel de celui-ci, arguant que la loi donne 10 jours à compter de la notification du jugement pour lancer une procédure d’appel.




Je dois dire que je fais sans doute partie de la  frange politique la plus laxiste car je ne trouve rien à redire à ce candidat. S'il a purgé ses peines, en quoi sa candidature poserait-elle problème ?

Pour ces élections régionales du 13 mars je ne sais toujours pas qui voter. Au début, j'étais si emballé par le Front de gauche qu'il me venait même  à l'esprit de militer de nouveau. Tout cela avant que je ne constate que le parti communiste dans bien des régions l'ait totalement phagocyté. Le Front de gauche n' est devenu, pour ces élections, qu'un plan de sauvetage d'élus communistes. Ces élus communistes prêts à tout pour survivre ... prêts à rien pour défendre leurs idées.

 

*


Ce matin, j'ai accompagné Kimien acheter du vin. Nous sommes allés ensuite à la gare  pour qu'il prît des billets pour Nantes, lieu de ses concours. Son couple qui va de crise en crise a touché le fond. Ils en viennent à se frapper. Son copain est d'une  jalousie telle qu'elle vire à la démence. Kimien a du mal à s'en séparer car il pense (à juste titre et de ce que j'ai pu en témoigner) que D. est le meilleur des hommes à prendre soin de lui. Kimien est atteint d'un rétine pigmentaire qui le condamne lentement à la cécité. Je le connais depuis quatre ans, et j'ai pu constater la rapidité de la dégradation de sa vue. Évidemment, à 31 ans, Kimien hésite à se relancer dans une nouvelle relation tant sa maladie le fragilise et le fait moins séduisant dans ce monde égoïste. Je lui ai à nouveau proposé une colocation. Le seul souci est qui veuille à tout prix conserver ses deux chats. Avec la chatte Arwen, cela ferait trois chats ... impossible pour moi ... tous ces poils et les odeurs d'urines ... quelle horreur ! La chatte Arwen d'une grande discrétion et d'une grande propreté me suffit amplement. D'autant qu'elle remplit à merveille sa mission de "capteuse" de  mauvais rêves, mais je crois l'avoir déjà dit à propos de mes terreurs nocturnes.

*

Je viens de visionner le  film Sherlock homes. Divertissement plaisant, animé. On ne s'ennuie pas, mais rien de plus. J'ai pu constater que Sherlok était un peu ambigu dans ses relations avec Watson. Un peu d'homosexualité ça doit détendre les neurones, et améliorer les déductions.

*

En feuilletant le "Journal romain 1985" de Renaud Camus j'ai découvert qu'à la Villa Medicis il y avait aussi Jean-Paul Goux. Notre fameux professeur de lettres à la faculté de Tours qui terrorisait tant d'étudiants. Il effrayait à tel point les étudiants que les pauvres en perdaient la capacité ne serait-ce qu'à reconnaitre un présent de l'indicatif ... Seule Linette s'en était la mieux sortie  par une complicité intellectuelle qui s'était nouée grâce à un travail sur Gracq qu'elle avait brillamment réussi. Jean-Paul Goux use d'une voix extraordinaire, une voix si douce, juste, équilibrée. J'ai déjà entendu des lectures de Goux parmi d'autres écrivains, il était de loin le meilleur (sa graphie aussi est très belle, de petites lettres, serrées les  unes contre les autres ; la graphie est un véritable talent chez certains). Quant à moi, c'était Philippe Chardin ma rencontre tutélaire, qui m'a permis de découvrir  Dostosïevki, Tolstoï, Joyce, Proust, Wilde et Musil surtout.

J'ai travaillé sur le procès d'Oscar Wilde avec Chardin. Et me souviens de cet échange entre Wilde et l'avocat Carson.

CARSON ( l'avocat qui attaque Wilde pour actes sodomiques) : Un livre bien écrit qui défendrait des opinions sodomiques pourrait être un bon livre ?

WILDE : Aucune œuvre d'art ne défend quoi que ce soit, jamais.

CARSON : Comment ?

WILDE : Aucune œuvre d'art défend d'opinion. Les opinions appartiennent aux gens qui ne sont pas des artistes. Il n'y a pas d'opinion dans une œuvre d'art
.

La société d'aujourd'hui serait bien inspirée de relire les comptes rendus de ce procès qui illustre parfaitement le lien entre opinion et art. Car, même si l'écrivain possède des convictions, ses opinions sont toujours secondaires  au travail littéraire et à l'ensemble de l'œuvre auxquels il se consacre.




Pour retrouver l'ensemble des articles : c'est ici
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article