C politique, mais malhonnête

Publié le par Le petit homme

Dimanche 28 février

DSC00682.JPG

Bien que tardivement couché, j'ai bien dormi.

Invité de Demorand sur C politique : Claude Allègre et Benoit Hamon. La liste des invités sociaux-libéralo-libertaire et ex libertaires, seuls ayant-droits de cette émission, s'allonge.

Demorand m'est véritablement insupportable, sa suffisance, le ton de vérité cinglante dans ses questions qui tombent comme autant de lames m'enragent.
Débat avec Claude Allègre. Demorand reconnaît ne rien connaître sur le sujet de la climatologie mais ne se garde pas de le torturer à l'aide de phrases, commentaires et reportages de ses contradicteurs. Tout ce spectacle n'a que pour but d'augmenter l'audimat alors que personne ne comprend rien, et pour la simple raison que Demorand lui même, l'ayant avoué en affirmant que "cela lui passe au-dessus de la tête", alors qu'à titre de journaliste, il devrait être justement une sorte de médiateur de l'information. À quoi bon inviter cet homme si c'est pour interroger et le déstabiliser sur un sujet que le journaliste ne maîtrise pas. C'est donc un combat de forme, de petite phrases, de tensions ridicules et inutiles puisqu'aucune ne permette d'éclairer le spectateur sur le sujet traité.

Allègre dénonce l'écobusiness. Demorand montre à la caméra un article dans lequel cent erreurs de son livre sont mise à l'index. Je n'aime guère Claude allègre, mais l'idée que le journal Le Monde l'attaque ne peut que me le rendre sympathique et rendre sa pensée prometteuse. Allègre a l'air simplement de revendiquer une pensée autre sur la question de l'évolution du climat.
Je remarque souvent que les personnalités les plus libres que le système médiatique lynche systématiquement sont aussi les plus maladroites à se défendre, car elle cèdent souvent, par des jeux de mots ou des phrases et des expressions maladroites,  à la caricature qu'on fait d'eux pour les déstabiliser et réduire en cendres leur pensée.

*

Tahar me téléphone. Il me reproche de ne pas l'avoir rappelé alors qu'il a essayé de me joindre depuis trois jours. En réalité après discussion, il ne s'agit que d'un jour et demi. Mais il est vrai que ces dernier temps et de manière générale, je suis plutôt solitaire et guère joignable quand j'ai décidé comme le dit si bien Tahar "d'aller sur la lune". J'ai horreur de rendre des comptes sur ce je fais comme d'ailleurs ne demande à personne de m'en rendre, mais les gens qui vous aiment s'inquiètent sincèrement de votre état quand vous laissez vos proches sans nouvelles depuis un certain temps.

*
Etre maladroit en politique c'est être toujours (de) gauche.

*

Ma grand-mère me manque terriblement. Je pense à nos promenades le soir ; à toute saison nous marchions à travers les chemins  de campagne. Je pense à nos tête-à-tête, à nos confidences qui venaient avec la nuit, quand chacun dans nos lits nous nous apprêtions à dormir. C'était à ce moment-là que nous parlions le plus, un moment hors du temps et pour toute la vie. Nous sommes allés trop loin dans l'amour pour s'en défaire.
La vie est l'apprentissage de la perte. Toujours. Perte irrémédiable à laquelle nous tentons de ne pas mourir en transmettant ce qu'on a acquis d'expériences de la vie, tenter de donner ce qu'on a reçu, transmettre encore ce qu'on a compris de l'existence.

*
Mon père me téléphone, un peu inquiet, dit-il, de la tempête. Non je ne suis pas parti rejoindre le ciel. Cet appel est curieux. Ma grand-mère lui a-t-elle dit deux mots sur mon état d'esprit ...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article