"La vision de la France au sud de la méditerranée : c'est de créer des emplois" Raffarin

Publié le par Le zôgraphe

ça continue, après Michèle alliot-Marie et son époux Ollier, après le premier ministre Fillon, vint le tour de notre arrogant jeune escort boy de la diplomatie française, je nomme l'ambasseur de Tunis Boris Boillon, après les  propos hallucinants de Éric Raoult sur son ami Ben Ali, c'est au tour de notre Jean-Pierre Raffarin,  tout fier de s'occcuper d'emploi en Algérie ...

 

Nous dénonçons une fois de plus ces comportements humiliants et scandaleux.

La France est le pays des lumières éteintes. La République étouffe.

 

Monsieur Raffarin est un odieux commerçant. Ce vendeur de sucre en pleine révolte populaire me fait honte !

 

actualite1-9489-.jpg

 

 

 

"Nos bras amoureux noircissent

Nos bras ouvriers se nouent.

 

Juste la force

De basculer dans le ravin

Notre cadavre successif. "

 

                            Jacques Dupin

 

 

 

 

 

Interview de jean-Pierre Raffarin sur Europe 1 le 22 février. Extrait

 

 

ELKABBACH :

 

Comment avez-vous trouvé M Bouteflika (...) ?

 

 

RAFFARIN :

 

Je l'ai trouvé en forme. Il m'a dit aujourd'hui qu'il avait plus de convictions que de forces, mais je suis venu lui parler économie, à la demande de Nicolas Sarkosy.

 

ELKABBACH :

 

Monsieur Sarkosy vous avait nommé, en effet, monsieur France en Algérie.

Comment se sent-il concerné, Bouteflika, par les révoltes du monde arabo-musulman d'aujourd'hui ?

 

 

RAFFARIN :

 

Je pense que nous partageons d'une certaine manière un diagnostic, c'est-à-dire que dans l'aspiration des peuples il y a à la fois l'aspiration à la démocratie, il en est conscient, il y a aussi l'aspiration sociale, derrière le politique il y a le social. Parce que vous avez-vu, en Égypte et en Tunisie, ceux qui se sont révoltés ne sont pas contentés du changement de régime politique ; ils veulent des salaires, des emplois.

 

C'est la visison qu'à Nicolas Sarkosy du sujet d'aujourd'hui. Le rôle de la France au sud de la méditerranée, c'est de créer des emplois, d'aider ces économies à avoir une politique sociale d'une part, pour que la démocratie avance et que, d'autre part, les populations puissent trouver de l'emploi sur place.

(...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans dégagement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article