Le déjouement

Publié le par Le zôgraphe

 

 

 

Diapositive1-copie-28.jpg

 

 

 

 

Le passé se crispe en quelques jours. L'avenir tombe

 

et surprend.

 

Le goût du chagrin face au roseau qui se froisse

corrode chaque minute qui s'attarde.

L'avenir prend des rides à la moindre saison nouvelle.

C'est la troisième de ma vie.

Les enfances se répètent toujours dans un nouvel ornement :

des profondeurs à la campagne,

de la province plus grande aux mœurs des villes.

 

Ô mes amours sans lignes

mes désirs ambigus,

Sans vous,

je demeure sans témoin.

Je suis personne et personne

ne retient le néant.

Je suis personne, personne

je suis personne,

je suis un masque

 

en silence.

 

 

Toute vie n'a d'autre but que de déjouer au mieux sa propre imposture.

 

Le Zôgraphe

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans photo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article