Notes de voyage : Tanger - Homosexualité

Publié le par le petit homme

Le jeudi 9 août 2012, Tanger

 

 

 

Il est tendre d'observer Pablo perturbé par la rencontre d'avec un marocain. Il lui a dit qu'il l'aimait. L'autre tout aussi bouleversé l'a quitté précipitemment. Tout cela me semblait un peu puéril, mais c'est, je crois, nécessaire.

Je pense qu'avec la répression de l'homosexualité, la difficulté de la vivre au maroc, chaque rencontre devient la promesse d'un amour qui s'ouvre pour toute la vie. Le moment où les deux s'étreignent est teinté d'une certaine mélancolie, où chaque minute qui défile est atteinte de nostalgie. Chaque rencontre concentre autant de tendresse, de désir, d'urgence à aimer à force de tout contenir, de tout retenir dans le silence et le secret. Ces rencontres sont sauvages en raison de leur rareté. Il faut alors dévorer avec satiété le temps quand il est possible. Il y a la douleur biensûr ; on souffre toujours quand on est, en ces rares moments, en adéquation avec soi-même, loin des masques et des postures habituels. Le désir est une lumière qui rend aveugle quand on s'en approche le plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article