Notes de voyage : Tanger - Anta chourouk- détroit de Gibraltar

Publié le par L'antre

Le Mercredi 8 août, Tanger

 

 

 

Anta chourouk-Détroit de Gilbraltar

 

 

 

Les terres nous séparent,

Au milieu

La mer.

 

Le désir se nourrit secrètement de mots

Réenchante la même étoile qui s'éloigne.

Toujours, le silence ancré en éclairement.

 

Tu montes et descends, amarres l'ailleurs.

Je ne vois jamais rien de toi mon amour.

 

L'eau témoigne par de grands horizons marins

Le quiproquo entre la mer et l'océan,

Bataille millénaire face aux deux témoins.

 

 

Je suis cette terre menacée d'amaurose

À cause du lever de soleil que j'ai vu,

Sans aurore, ni midi, en sursis,

Précaire,

Face à l'ovule brûlant poindre de la mer.

 

Les vagues lissent, en vain, l'épiderme bleu

Et meurent, le cou étouffé, au bord de la mer.

 

Je t'appelle dans les cris de la mort des vagues.

Le hurlement des vagues recouvre l'appel.

 

La mer sape toute tentative tragique.

Elle exècre la réparation des hommes.

Obsédée par elle-même - la mer

Dans son désir d'elle-même - la mer

Enveloppée d'elle-même - la mer

 

Elle s'aime

En léchant infiniment ses propres frissons.

 

Je hais ce lieu d'écartement de la terre.

Où mer et océan, unis, nous séparent.

 

Tu es mon exil, mon premier regard sauvage.

 

Je crie à la gueule des monstres et des dieux,

qui se chevauchent,

Dans l'étroit,

de ce passage,

Mon amour inconnu qui masque l'étoile.

 

J'aime à la manière de la mer qui s'aime,

Seule une mienne image dans ce miroir bleu.

 

L'étendue s'éloigne et modèle ton visage.

Je reconnais dans l'absence ta voix seule.

 

 

... Le passage  bruyant et funèbre des vagues ...

 

Mes plaintes étouffées par le ressac tordent,

sous le choc, le cou fier et musclé des vagues.

 

Ma voix s'écrase au bord de la mer, dévorée

Par les chants voraces de la jetée des vagues.

 

C'est le chant, l'écho du retour impossible

 

Aimer l'impossibilté de se rejoindre

Dans ce lieu de l'attachement absolu.

 

S'aimer comme la mer s'aime elle-même.

Celer le tournoiement solaire de la mer.

 

 

 

 

 

Publié dans Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article