Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

poesie

Je ne suis pas mélancolique

Je ne suis pas mélancolique. Ce court voyage est plus vieux que la distance ne laisse penser, que la durée ne laisse croire. Je ne compte plus l’année qui s’étend en âge. Ce qui sert à faire la route a crû la douleur de ce qui m’avait fait partir. Je...

Lire la suite

Onze mille jours

Aujourd'hui est une longue journée. Elle va durer trente ans. Il y avait ce livre entre mes mains et dehors la pluie. À la fenêtre je regardais la ville. Je regardais la pluie qui frappait la vitre. C'était un roman populaire. L'histoire se déroulait...

Lire la suite

Amour féral

Amour féral

L'ennui m'a frayé un chemin parmi des épines rares. Je clame mon amour erratique. Mes lèvres sentent le macadam. Tes mains ... Je voyage et qu'importe s'il me mène ici ou là ou si je reste. Je me prive de souvenirs et sacrifie la nostalgie. L'amour féral...

Lire la suite

Pas à pas

L'incompris derrière moi du monde, je marche. Je suis une légende pas à pas l'effondrement. Le refuge est le temps qui reste. J'exile dans l'avenir. Le Zôgraphe

Lire la suite

L'indolence

Nous sommes debout encore - le coeur écorché, la tête dure Les voix exténuées ont la gorge soûle. Nous ferons du bruit. C'est la frénésie la houle qui calme les tempêtes Il nous reste la vie ! putain de mandragore dans nos machoires serrées c'est avec...

Lire la suite

Alors aucune fleur ne portera mon nom

Miroir jumeau sans toi mon reflet las ne s'anime guère mon âme au-dessus de l'eau voltige de peines à trouver un corps nouveau je ne ressemble à rien je bois l'eau de cette rivière lasse sans m'y noyer jamais je ne m'y reconnais pas moi-même alors aucune...

Lire la suite

Le corps de mon amour

À G. Moreau N'oublie jamais mon amour que le cœur s'enclôt d'un corps et que je tiens à cœur de penser à toi pleinement Et que ceindre ton corps que mon cœur enlace réenchante mon âme amplement Mais à court de courage parfois mon corps s'écaille et recouvre...

Lire la suite

Peler l'écorce

Peler l'écorce

Dans ton sang cohobé pays tu t'abandonnes à voir l'air malade tu oublies ta blessure venue de l'homme fou et cruel qui nous a tus on ne sait plus chanter nous sommes survivants et nous ne supportons plus la vie revivre la douleur des premiers temps :...

Lire la suite

1 2 3 > >>